Lettre aux parlementaires :

Révision LAMal (=Managed Care forcé) : Risque de rationnement des soins

Source : REMED - Lettre aux parlementaires - Juin 2010


 

REMED Madame la Parlementaire
Association genevoise Monsieur le Parlementaire
de médecins
travaillant en réseau

 

Nous voudrions urgemment porter à votre attention notre forte préoccupation.

 

En effet, le Réseau de santé Remed, qui compte environ 250 médecins à Genève (=le 2ème de Suisse!), constitue depuis 1994 un véritable réseau de soins, (= à part entière et bien au-delà du simple rôle de gate-keeper), et fonctionne aussi avec :
Des Cercles de Qualités réguliers et des échanges permanents d’informations entre médecins du réseau (entre autres pour éviter les «doublons» diagnostiques et thérapeutiques), une Formation Continue soutenue supplémentaire intra-réseau par des spécialistes, et l’obligation pour le patient d’obtenir en consultation un «bon de délégation» pour toute visite jugée nécessaire chez un spécialiste, etc. Notre efficience d’environ 10% d’économies est annuellement démontrée par les Assureurs eux-mêmes avec lesquels nous travaillons sous Contrat-Convention (et accordent des primes-maladie réduites). Aucune chasse aux bons risques. Aucun bonus pour personne si ce n’est pour les coûts de la santé.
Qualité et économicité garanties pour Tous. Rationalisation sans rationnement.
Ainsi, nous évitons tout risque éventuel de dérapage mercantile lié aux gestions commerciales, ainsi que de reports de coûts vers le secteur hospitalier ou vers d’autres structures de soins.

 

Et tout cela sans coresponsabilité budgétaire.

 

Si notre type de réseau est exclu de la catégorie des «vrais» Soins Intégrés, et donc privé des incitatifs majeurs accordés à ces assurés, nous craignons très vivement que tous les assurés ne désirant pas un réseau à coresponsabilité budgétaire (qui n’offre quasi pas d’autres avantages), n’aient plus de vrai choix. Nous craignons aussi qu’un système à coresponsabilité budgétaire préserve à long terme l’intérêt économique au détriment de la prise en charge de la santé des patients. Et ce notamment pour les patients chroniques (par ex : diabète) et/ou âgés, ou les maladies «lourdes» (par ex : cancers).

 

Nous plaidons aussi pour que les incitatifs soient une baisse des charges pour les assurés en Réseau, et non une pénalité par augmentation pour les autres assurés.

 

En bref : pour éviter une situation trop «monolithique» et de plonger véritablement dans une Médecine à 2 vitesses :
Nous vous demandons instamment de ne pas exclure de la catégorie des Soins Intégrés les réseaux sans coresponsabilité budgétaire comme le nôtre (Remed), et de ne pas accepter exclusivement les réseaux à coresponsabilité (avec ou sans capitation) dans cette catégorie.
Partant, nous vous demandons de bien vouloir accorder les mêmes incitatifs pour tout type de «vrai» réseau, à considérer comme tel.

 

Avec nos sincères remerciements pour votre attention et nos meilleures salutations, Genève, le 8 juin 2010.

 

Pour le Comité
Dr. Didier Châtelain
Le Président
Dr. Angelo Juliano

 

PS : n’hésitez pas à nous contacter ou à visiter notre site : www.reseau-remed.ch

 

Vous pouvez télécharger ce document au format PDF en cliquant sur le lien ci dessous

Lettre aux parlementaires juin 2010.pdf

Copyright REMED © 2011. Tous droits réservés.